Blog de Cheikh Yerim Seck

Category archive

Politique

Assemblée Nationale: La parité l’a emporté, mais à quel prix

YERIMPOST.COM Fatma Diop est la surprise de la majorité parlementaire servie au groupe Liberté et démocratie. C’était ce vendredi 12 octobre à l’Assemblée nationale. Les femmes parlementaires ont, dès l’ouverture de la séance, imposé leur loi, perturbant ainsi plusieurs fois les travaux. Au final, elles ont eu gain de cause puisque le poste de 8ème vice-président du bureau a été arraché des mains de Pape Diop au profit de Fatma Diop, députée libérale de Mbacké. Une manigance de Benno Bokk Yakaar qui pousse les députés de l’opposition à annoncer un recours pour contester ce vote tout sauf démocratique. Avec cet acte, Fatma Diop, consciente du malaise qu’elle a créé; dit qu’elle n’a de compte à rendre à personne. Elle a affirmé devant les journalistes que ce sera tant pis si une rupture intervenait entre le Parti démocratique sénégalais (Pds) et elle.







Marche du front Dog Bumi Gaccé: les manifestants arrêtés, la manif étouffée

YERIMPOST.COM Pour célébrer la dignité et la démocratie en tentant de manifester devant le ministère de l’Intérieur, les initiateurs de la marche avortée sur la place Washington se sont tous retrouvés au Commissariat central ce vendredi 12 octobre. Dr Babacar Diop, coordonnateur du front Dog Bumi Gaccé, le professeur Malick Ndiaye et d’autres avaient décidé de braver l’interdiction du préfet pour tenir leur manifestation. Mais c’était sans compter avec la vigilance des forces de l’ordre qui, très tôt dans la matinée d’hier, ont quadrillé le secteur à partir de la Cathédrale de Dakar.







Assemblée nationale: renouvellement du bureau, parité et mille questions

YERIMPOST.COM C’est la rentrée à l’Assemblée nationale. Ce vendredi, la session s’ouvre au parlement et les députés regagnent l’hémicycle. La parité réclamée par les femmes parlementaires risque encore de ne être respectée. Avec le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, des supputations sur une très probable défenestration de Pape Diop de son fauteuil de 8ème vice-président sont agitées ça et là. Le groupe parlementaire Liberté et démocratie ne veut rien entendre et est décidé à maintenir Pape Diop à ce poste. Selon ces députés de l’opposition, la majorité doit prendre ses responsabilités. Car, si la loi de la parité était bien appliquée, le premier vice-président de l’Assemblée devrait être une femme vu que c’est un homme qui en est le président. Mais c’est Moustapha Cissé Lô qui occupe confortablement ce fauteuil, à défaut d’avoir celui de Moustapha Niasse et gare à celui ou celle qui ose le défier. Parce que c’est El Pistolero et que personne de la mouvance présidentielle ne veut l’affronter, même pas Awa Guèye qui, dans les normes, devrait occuper ce poste.







Présidence du Groupe parlementaire Liberté et démocratie: le calcul politique de Wade

YERIMPOST.COM Serigne Abdou Bara Dolli Mbacké, président du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie » en remplacement de Me Madické Niang, un choix purement politique hautement réfléchi par Me Abdoulaye Wade. C’est l’analyse faite de cette nomination qui a surpris plus d’un. Mais qui connait Abdoulaye Wade sait que chez lui tout est stratégie. A Touba, bastion naturelle du Parti démocratique sénégalais, hors de question de laisser le champ libre à Madické Niang qui est candidat à la présidentielle et qui risque de faire mal à celui du Pds dans la ville sainte. Serigne Abdou Bara Dolli Mbacké traîne des limites intellectuelles qui tranchent d’avec le niveau qu’incarnait Me Madické Niang à ce poste, mais l’électorat de Touba en vaut la peine.







Transhumance: Diagnostic du mal par l’Alliance Penco

L’Alliance Démocratique pencoo marque sa vive préoccupation par rapport au niveau inédit de la transhumance notée présentement dans le champ politique sénégalais alors que l’option de moraliser la vie publique reste un engagement partagé par tous les acteurs.

Il est regrettable de constater que l’opinion ne poursuit et ne retient que la culpabilité du transhumant. Si ce n’est le simple appât du gain, personne ne peut imaginer la pression ou le chantage que ces personnes ont dû subir.

Mais ce phénomène de corruption est toujours l’œuvre du pouvoir. Qu’il n’en voudrait pas, il n’aurait plus lieu. Le corrupteur est toujours au moins autant coupable que le corrompu.
Or depuis 2001, notre pays a fait de la lutte contre la corruption et la transhumance un pilier de la moralisation de la vie politique.

C’est tout le sens de l’article 60 de la constitution. En encourageant le phénomène, le Président de la République viole les devoirs de sa charge et devrait en répondre au moins politiquement.

Il fait partie des devoirs de la charge du Président de la République de préserver les valeurs et l’éthique dans la vie publique conformément aux dispositions pertinentes de la constitution notamment celles de l’article 60 portant précisément sur le phénomène de la transhumance.

En initiant, en encourageant, en acceptant ou en cautionnant de quelque manière que ce soit la transhumance, le Président de la République trahit les devoirs de sa charge.  En effet, tout gardien de la constitution qu’il est, il doit veiller au respect de la lettre ainsi que de l’esprit de celle-ci.

Il n’y a d’ailleurs aucun génie à utiliser les moyens et la puissance de l’état pour faire transhumer du personnel politique.

Il reste à compter sur l’ultime responsabilité des citoyens qui par leurs actes et sanctions pourront faire en sorte que la politique ne devienne le cloaque des contres valeurs et de nos plus vilaines tares et où viennent s’enterrer nos valeurs nationales telles le Ngor et le Jomm.








Fait à Dakar, le 10 Octobre 2018

Porte-parole du jour :

Papa DIOP

 

 

 

Après avoir bouclé son parrainage, le PUR avertit le régime…

YERIMPOST.COM Le parrainage de la candidature du Pur est maintenant chose faite. Les militants dudit parti s’en réjouissent et avertissent. Pour eux, le parrainage n’est qu’un subterfuge pour biaiser le processus électoral. Mais, puisqu’il devenu une loi, ils sont obligés de s’y soumettre.

Seulement, après avoir dépensé beaucoup d’énergie pour collecter des parrains, le PUR compte rester sur ses gardes. « N’en déplaise aux concepteurs si diaboliques et tordus du parrainage, aucun tamis administratif, aucun filtre légal, aucun crible constitutionnel ne retiendra le candidat du PUR à l’entrée des arènes de la présidentielle de 2019. Si le parrainage est une détestable formalité constitutionnelle imposée par une majorité parlementaire qui n’a cure de la moindre notion d’élégance, le PUR s’y est conformé malgré tout, en toute élégance », a déclaré le député et coordonnateur du PUR à Dakar, Aboubacar Thiaw.







Assemblée nationale: Madické Niang remplacé

YERIMPOST.COM Après sa démission de la présidence du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, Me Madické Niang devient un député simple. A ce poste, il a été remplacé par son collègue, Serigne Abdou Bara Dolly Mbacké. La décision a été prise par le secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds), Me Abdoulaye Wade.







Présidentielle: Amadou Seck d’Eurogerm, un ami de Macky Sall, se présente contre lui

YERIMPOST.COM Cet après-midi du jeudi 11 octobre, nous assisterons à une déclaration de candidature. Amadou Seck, homme d’affaires et patron d’Eurogerm, va se lancer dans la course à la présidentielle. Ce qui est cocasse dans cette candidature, nous révèle Les Echos, c’est que Amadou Seck est un ami intime du chef de l’Etat. A tu et toi avec lui, à tel point que leurs enfants se fréquentent.







Pastef: le responsable de Thiénaba retrouve sa voiture caillassée

YERIMPOST.COM Le parti d’Ousmane Sonko encore victime. Le responsable dudit parti à Thiès a retrouvé son véhicule vandalisé devant son domicile. Les pneus crevés, les rétroviseurs cassés… Une plainte contre X a été déposée par Dr Ismaïla Diallo qui, il y a quelques semaines encore, a reçu la visite d’hommes armés qui ont fait irruption dans sa pharmacie. A ce rythme, la psychose risque de s’installer chez les partisans de Pastef Les Patriotes.

Xaathiandoo doorandoo: Des figures de la musique créent un mouvement de soutien à Macky

YERIMPOST.COM Dans un passé encore récent, ils n’avaient d’yeux que pour Me Abdoulaye Wade et les dignitaires de son régime. Aujourd’hui, cap sur Macky Sall ! « Xathiandoo doorandoo » est un mouvement porté par Mame Goor Diasaka, Salam Diallo, Arame Thioye, Mère Absa Ndiabi, Bill Diakhou, Ousmane Seck, Yves Niang, Moussa Diouf, Ngoné Ndiaye Guéweul, Alioune Mbaye Nder, Kéba Seck entre autres, pour la réélection du candidat à sa propre succession. Une conférence de presse a été tenue ce mardi en présence d’Abdou Latif Coulibaly, Souleymane Jules Diop, Serigne Mbacké Ndiaye et Moustapha Cissé Lô, pour officialiser leur soutien qui ne souffre d’aucune ambiguïté. Et, pour la pérennité de ce mouvement, ces artistes donnent rendez-vous aux Sénégalais, au-delà de la présidentielle, aux élections locales et législatives qui suivront.







Vidéo- Condetto Niang: « J’ai été victime d’un règlement de comptes. Je vais me venger! »

YERIMPOST.COM Aphone depuis cinq (5) ans, c’est avec l’équipe de Yerimpost que l’ancien président du Conseil d’administration de la Lonase a brisé le silence. Ibrahima Condetto Niang a été blanchi par la Justice sénégalaise des soupçons de détournement de fonds publics en complicité avec son directeur de l’époque, Baïla Wane. Une accusation qui lui avait valu 10 mois de prison avant d’obtenir un non-lieu total. Condetto Niang s’était, depuis, emmuré dans un silence qui en dit long sur ses ressentiments. Dans cet entretien à bâtons rompus, le non moins membre du comité directeur du Parti démocratique sénégalais s’est totalement lâché.









Budget 2019 annoncé par l’Etat du Sénégal: « C’est de l’arnaque! » (Boubacar Camara)

YERIMPOST.COM Une arnaque totale dans les chiffres des finances publiques annoncés par nos autorités. C’est du moins l’avis de Boubacar Camara, ancien directeur général de la Douane. Le candidat déclaré à la présidentielle de février prochain fait allusion aux 4000 milliards annoncés pour le budget 2019 qui, selon lui, ne sont qu’une publicité alors que la réalité est toute autre. Celui qui faisait face à ses militants et sympathisants a ajouté: « Les autorités font des coupes budgétaires, bloquent le paiement des fournisseurs en attendant la fin de l’année. Le budget du Sénégal n’est pas un budget sincère. Les montants avrancés sont fictifs. »



Me Madické Niang répond à la diatribe de Wade contre sa candidature

Suite au communiqué fait à Dakar le 04 octobre 2018 et signé par le Frère Secrétaire Général National du PDS, relatif à ma candidature à l’élection présidentielle de 2019, je me dois de faire à l’opinion publique la genèse de cette candidature et de prendre les décisions que mon honneur m’impose face à cette situation regrettable à tout point de vue.

Je voudrais rappeler que c’est le Président Wade lui-même qui, la première fois, a suscité en moi cette ambition de me mettre en première ligne au service des Sénégalais, lors de la Oumra que nous avons effectuée en 2012, suite à la perte du pouvoir, en me disant en substance que, dans son entourage, j’étais la personne la mieux indiquée pour reconquérir le pouvoir.




Il s’y ajoute qu’à l’issue des dernières législatives, je me rappelle ces paroles poignantes qui m’ont été adressées par le Président WADE : « Madické, tu m’as démontré que tu es l’unique personne sur qui je peux compter totalement, je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Ton engagement sans limite dans ces élections législatives m’amène à dire que je t’expose trop alors que tu as une famille à préserver. »
J’avais alors répondu que : « il en sera toujours ainsi, je ne lésinerai jamais sur mes moyens physiques comme matériels pour combattre et faire partir Macky SALL. C’est le sens que je donne à mon combat à vos côtés en dehors de l’amitié qui nous lie»

Que me valent alors subitement ces accusations graves, gratuites et infondées contre ma personne alors que j’avais toujours été considéré comme l’ami, le frère et le militant le plus fidèle ? Qu’est ce qui a pu changer si subitement entre-temps ? Ai-je eu tort d’avoir posé la question de la candidature alternative alors que beaucoup de Sénégalais, surtout les frères de parti, ont considéré que ma proximité avec Wade devait me permettre de jouer ce rôle ? Je laisse aux Sénégalais le soin de répondre à ces questions.

Je rappelle que j’ai fait l’objet de toutes formes d’intimidation et d’humiliation de la part du pouvoir sans vaciller un seul instant.

Je tiens aussi à dire aux Sénégalais que je n’ai aucun dossier judiciaire en instance devant aucune juridiction.

Je prends à témoin les Sénégalais pour leur dire que : si Macky SALL pouvait faire pression sur moi, je ne serais pas resté avec le Président WADE alors que beaucoup de ses proches l’avaient quitté ; si Macky SALL avait les moyens de pression sur moi, je n’aurais jamais pu défendre Karim WADE avec autant de détermination et d’opiniâtreté durant ces six dernières années ; si Macky SALL avait des moyens de faire pression sur moi, je n’aurais pas pu me mettre en face de lui pour faire gagner largement le PDS à Touba. C’est important de relever que, lors de ces élections législatives de juin 2017, mon arrestation avait été ordonnée, car beaucoup de responsables du pouvoir avaient pensé, qu’en me neutralisant, ils auraient pu empêcher la victoire du PDS ; si Macky SALL avait des moyens de pression sur moi, je n’aurais pas pu exercer à l’Assemblée Nationale avec tant d’engagement, mes fonctions de Président du groupe parlementaire. Combien de Sénégalais ont apprécié ma détermination, mon sens des responsabilités et, surtout, le dur combat pour empêcher que des lois scélérates soient votées.

Cependant, la seule pression forte que j’ai subie depuis deux ans vient de mes frères de parti mais aussi de Sénégalais de tous bords, pour me pousser à poser la question de la candidature alternative alors que j’avais, par amitié, volontairement tu toute ambition pendant toutes ces années.

Au surplus, concernant les accusations de « collusion » avec Macky SALL dont je suis l’objet, je défie quiconque de pouvoir en apporter le moindre indice, encore moins la plus petite preuve. Je laisse aux Sénégalais le soin d’en juger sur la base de mes actions concrètes au profit du PDS et pour le bien de la nation pendant les sept années de calamité de ce régime.

Au regard des faits, pour moi, le véritable « suicide » politique serait, pour le PDS, de ne pas avoir de candidat à l’élection présidentielle de 2019.

S’agissant de ma candidature, le Président Wade a dû oublier que je lui ai écrit pour lui préciser qu’elle ne saurait entrer en compétition avec celle de Karim WADE. En effet, elle ne pourrait prospérer que si, et seulement si, le Conseil Constitutionnel rejette la candidature de Karim WADE.
Où est donc le mobile qui peut servir Macky SALL en affaiblissant le suffrage du candidat investi par le Parti alors qu’une fois de plus, ma candidature est une candidature alternative et non de substitution.




Concernant mes responsabilités à l’Assemblée Nationale, je dis d’ores et déjà, sans ambages, que jamais je n’engagerai un bras de fer avec le Président Wade sur quoi que ce soit. Ainsi, avant que le parti ne se saisisse de la question, j’ai décidé, pour le mettre à l’aise, de remettre en jeu immédiatement mes fonctions de Président du groupe parlementaire car mon honneur ne me permet pas de m’accrocher à des responsabilités que le Président WADE m’a confiées.

Je ne le remercierai jamais assez pour, d’abord, l’honneur qu’il me fait de me considérer comme frère et ami mais aussi, pour m’avoir confié d’importantes responsabilités. Toutefois, je souligne que j’ai la conscience tranquille pour avoir donné le meilleur de moi-même à Abdoulaye WADE, à sa famille et au PDS.

En tout état de cause, il restera toujours ma référence politique, mon ami et mon frère.
Contrairement aux accusations qui sont portées contre moi, j’ai voulu redonner espoir à tous les militants désemparés face à l’éventualité d’une élection présidentielle sans un candidat du PDS. Combien de membres de l’opposition radicale se sont ouverts à moi sur l’absence éventuelle d’un candidat du PDS en 2019, estimant qu’elle permettrait à Macky SALL de gagner facilement.

Ainsi, j’invite tous ceux qui, dans le Parti comme en dehors, sont convaincus de la nécessité d’une candidature alternative, à me rejoindre pour mener ce combat.

Enfin, je m’en remets au Tout Puissant tout en ayant la conviction forte que la vérité finit toujours par triompher.

Maître Madické NIANG

L’APR loue les succès du Sénégal sur la scène internationale

 

C O M M U N I Q U E

Dakar, le 09 Octobre 2018

 

L’Alliance Pour la République (APR) adresse ses plus vives félicitations au Président Macky SALL pour le choix de la communauté sportive internationale porté sur le Sénégal pour abriter en 2022, les prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse. Ce succès diplomatique retentissant consacre, encore une fois, le leadership du Président Macky SALL, l’intelligence de ses choix économiques et la pertinence de son ambitieux programme infrastructurel.

Après le mandat du Sénégal au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), à la CEDEAO, au Conseil des Droits de l’Homme, le Sénégal sous votre leadership et dans le cadre de votre premier mandat, est désigné pour organiser, pour la première fois de l’histoire, les jeux olympiques sous l’ère moderne en terre africaine

En outre, l’Alliance Pour la République associe dans ses félicitations, le Comité olympique Sénégalais présidé par Monsieur Diagna Ndiaye et l’’ensemble des acteurs du monde sportif sénégalais et africain, toutes disciplines confondues

Pour l’Alliance Pour la République le sérieux en économie et dans la conduite des affaires du pays, nous vaut aujourd’hui, une reconnaissance incontestable de nos partenaires au développement et un rayonnement diplomatique sans commune mesure.

Ainsi, le choix du Sénégal, pour abriter les Jeux olympiques de la Jeunesse en 2022 en constitue une parfaite illustration

Dès lors, l’Alliance Pour la République encourage le Président Macky SALL à poursuivre les réformes majeures engagées dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE) qui ont permis de consolider une dynamique de croissance à la fois forte, vigoureuse et soutenue depuis 2015 et de porter le budget 2019 à plus de 4 000 milliards de francs.

Dans ce cadre, l’Alliance pour la République (APR) se réjouit également de l’orientation des ressources budgétaires vers les dépenses sociales, la maîtrise de l’endettement, l’assainissement des finances publiques et la consolidation du taux de croissance.

A cet effet, l’APR salue à sa juste mesure les résultats enregistrés durant la première phase du PSE, à travers le PUDC, la CMU, Promovilles, PUMA, le financement rapide des projets pour les jeunes et les femmes (DER) qui ont permis d’améliorer sensiblement le niveau de vie des populations et de bâtir les perspectives qui s’annoncent pour la phase 2, en cours d’élaboration.

Enfin l’APR appelle l’ensemble des membres de la majorité présidentielle à consolider l’unité, à rester mobilisés, pour poursuivre le travail de collecte des parrainages en vue d’assurer la victoire, la plus large possible de notre candidat dès le premier tour, le 24 février 2019

 

Le Porte-parole national

Seydou GUEYE

 

Communiqué du Palais Ahmadyana: Sonko ira-t-il à Guantanamo ?

Sonko ira-t-il à Guantanamo ?

Plusieurs contacts et informations indiquent le caractère suspect de Sonko et de ses liens dogmatiques avec le groupe DAESH, AL QAEDA, BOKO HARAM.








La task force pour convaincre Me Madické Niang sur le point de réussir

YERIMPOST.COM Eviter le désastre à tout prix, c’est convaincre Me Madické Niang de ne pas démissionner de ses mandats obtenus par le biais du Parti démocratique sénégalais (Pds). L’entreprise est risquée mais les « médiateurs » y sont presque. Ce lundi, les députés Mamadou Diop Decroix, Modou Bara Dolly, Abdou Bara Dolly et Mamadou Diop étaient au domicile du président du groupe parlementaire Liberté et démocratie. L’idée est de le convaincre à garder son poste de député simple et de se décharger du titre de président du groupe parlementaire.

Avant cette rencontre, ils se sont entretenus avec le Pape du Sopi qui, depuis sa dernière sortie demandant à son fidèle compagnon de rendre les postes qu’il occupe grâce au Pds, est revenu à de meilleurs sentiments, proposant que Me Madické Niang conserve son poste de député. Le candidat déclaré à la présidentielle du 24 février prochain, entre le marteau de se dévouer corps et âme à l’élection et l’enclume de ne pas rompre définitivement ses liens avec Wade, a donné rendez-vous aujourd’hui aux médiateurs pour donner sa position finale.







Mairie des Parcelles Assainies: Moussa Sy déterminé face au putsch

YERIMPOST.COM Poussé à la démission sous une menace de destitution, Moussa Sy ne semble pas ébranlé par l’initiative des conseillers municipaux des Parcelles Assainies proches du désormais ex-maire de Dakar. Joint par l’Observateur qui voulait recueillir son avis, le maire des Parcelles a dit: « J’attends de voir ! » Moussa Sy ajoutera: « Les gens de Khalifa Sall ne réussiront pas là où les conseillers de la majorité présidentielle ont échoué. Depuis plus d’un an, ces derniers ont tenté de me déstabiliser sans jamais réussir. »

Confiant en sa suprématie dans sa commune, il donne rendez-vous dans dix jours pour le vote du compte administratif. « On saura ce que chacun représente ! », martèle t-il, en révélant avoir été le confectionneur de la liste de Taxawu Dakar lors des dernières législatives: « D’ailleurs, Khalifa Sall m’avait supplié de mettre des responsables du Parti socialiste (Ps) et d’autres partis comme le Rewmi. Je parle sous le contrôle de son chef de cabinet, Moussa Taye. »







Ibrahima Sène dégage une position radicale contre le Pds

YERIMPOST.COM Cette sortie d’Ibrahima Séne ne sera pas du goût des militants et sympathisants du Parti démocratique sénégalais (Pds). Le responsable du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), qui est d’obédience communiste, évoque une éventuelle dissolution du parti de Me Abdoulaye Wade. «Vouloir empêcher l’organisation de la présidentielle de 2019 à date échue serait suicidaire pour le Pds qui pourrait être dissout pour tentative de rébellion», a-t-il déclaré. Et M. Sène d’ajouter: «Il serait un suicide politique collectif que de tenter d’empêcher la tenue de la présidentielle».







Exclusif! Comment s’est comporté Karim Wade au cours du séjour de Madické Niang à Doha ?

YERIMPOST.COM Contrairement aux fake news distillés dans la presse, Yerimpost est en mesure d’écrire que Karim Wade s’est bien comporté au cours du séjour à Doha de Madické Niang qui passait pour discuter avec Abdoulaye Wade autour de la candidature du Parti démocratique sénégalais (PDS) à l’élection présidentielle de février 2019.

C’est le fils de l’ex-président qui a pris les dispositions pour accueillir dans les meilleures conditions celui qui est par ailleurs son avocat. Il l’a fait prendre à sa descente d’avion, conduire dans une limousine puis héberger dans un hôtel de grand standing.




Puis Karim Wade est passé une fois rendre une visite de courtoisie à Madické Niang. L’entrevue a été brève. Les deux hommes ont discuté « de tout et de rien » et ont évité d’aborder la question qui fâche: le débat posé par le visiteur au sein du PDS pour trouver une alternative à la candidature compromise de son hôte.

Cette question, Madické Niang l’a abordée à deux reprises avec Abdoulaye Wade, en l’absence de Karim Wade, et, pour l’une des fois, en présence d’un homme de confiance de l’ex-chef de l’Etat.

Si le ton a été courtois, il a été ferme. Les deux hommes ont, chacun de son côté, exposé sa position. Et sont arrivés au constat que leurs deux points de vue sont irréconciliables. Madické Niang a dit qu’il allait présenter sa candidature pour éviter au Pds d’être exclu de la future présidentielle par le rejet prévisible de celle de Karim Wade. Abdoulaye Wade le lui a déconseillé avec force arguments.

C’est dans ses conditions que Me Niang a quitté la capitale qatarie pour Dakar. Là aussi avec un impeccable protocole d’accompagnement orchestré par Karim Wade. Ce dernier n’a manifesté que du respect à son avocat à qui il sait devoir l’énorme travail qu’il a mené en coulisses pour le faire sortir de prison…



Pourquoi Macky Sall fait le déplacement sur l’Argentine

YERIMPOST.COM C’est le 7 septembre dernier que les membres du CIO avaient recommandé le Sénégal pour l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2022. Cette décision devrait être officialisée ces 8 et 9 octobre 2018, à Buenos Aires, en Argentine. En compagnie d’une forte délégation, le président de la République, Macky Sall, sera l’invité de marque de cette réunion des responsables du CIO. Il devra prononcer un discours devant les 15 membres de l’instance suprême de l’athlétisme mondial pour montrer son engagement à ne ménager aucun effort pour la réussite de cet événement sportif de dimension mondiale.

À signaler aussi que cette rencontre sera, sans nul doute, le premier contact officiel entre le nouveau maire de Dakar, Soham Wardini, et le chef de l’Etat. En effet, Soham Wardini devrait recevoir, ce lundi, du Comité international olympique (Cio), la flamme pour l’organisation de ces Jeux olympiques de la jeunesse.







Mort de Mariama Sagna: l’opposition tape du poing sur la table

YERIMPOST.COM La conférence des leaders du Front de résistance nationale (Frn) a publié un communiqué à l’annonce du décès de Mariama Sagna, responsable du parti d’Ousmane Sonko, assassinée samedi dernier à son domicile. Mamadou Diop Decroix et cie ont durci le ton, exigeant que lumière soit faite sur cette affaire et que les auteurs et éventuels commanditaires soient traduits en justice. Ils interpellent le chef de l’Etat et son ministre de l’Intérieur qui, selon eux, sont responsables de la sécurité de tous les Sénégalais, y compris d’eux, les opposants. Le communiqué souligne qu’aucun silence ne saurait être toléré de la part des autorités.







Mairie des Parcelles Assainies: les conseillers municipaux en croisade contre Moussa Sy

YERIMPOST.COM Moussa Sy va payer au prix fort sa traîtrise à l’égard de Khalifa Sall. C’est du moins ce que veulent les proches de l’ex-maire de Dakar aux Parcelles. Malick Kébé, conseiller municipal à la mairie que dirige Moussa Sy, demande à ce dernier de rendre ce mandat qui lui a été donné par la coalition Taxawu Dakar qu’il vient de trahir en ralliant Macky Sall. Pour un autre conseiller, Soya Diagne, qui se veut plus radicale, la solution serait de s’organiser et de déboulonner Moussa Sy du fauteuil de maire qu’il a obtenu par la grâce de Khalifa Sall.







Présidentielle 2019: Y En A Marre se lance…

YERIMPOST.COM Certains observateurs les réclamaient. Ils sont là. Les jeunes du mouvement Y En A Marre ont décidé de se lancer dans le processus électoral. Ils ont démarré, ce weekend, leur campagne «Parrel» qui consiste à sensibiliser les populations pour qu’elles aillent retirer leurs cartes d’identité qui servent en même temps de cartes d’électeur en perspective de la présidentielle de 2019.

Les « y en a marristes » ont sillonné les rues de Pikine. La prochaine étape sera le département de Guédiawaye.







Réaction vigoureuse de Pastef à l’assassinat de Mariama Sagna

COMMUNIQUE

PASTEF-les Patriotes a la profonde douleur de vous annoncer le décès de leur compatriote Mme Sonko née Mariama Sagna, survenu hier soir à Keur Massar quelques heures après le grand meeting organisé par le parti.

PASTEF-les Patriotes présente ses sincères et profondes condoléances à sa famille, à ses proches, aux militants et sympathisants du parti.

PASTEF-les Patriotes les invite tous les militants à plus de vigilance, de précaution et surtout de retenue en attendant que les circonstances de son assassinat soient élucidées par l’enquête.

PASTEF-les Patriotes rassure tous les Sénégalais que le suivi nécessaire au dénouement de cette affaire sera assuré par le Comité de Pilotage et un pool d’Avocats engagé à cet effet.

PASTEF-les Patriotes invite les autorités compétentes à ne ménager aucun effort pour apporter toute la lumière sur cet acte de barbarie.







Le Comité de Pilotage (COPIL)
Dakar, le 07 Octobre 2018

Argentine: la rencontre entre Macky Sall et Soham Wardini

YERIMPOST.COM A Buenos Aires depuis ce dimanche, le chef de l’Etat est dans la capitale argentine pour la cérémonie de remise de la flamme olympique prévue ce lundi. A son arrivée, dans la haie d’honneur formée pour son accueil, il y avait une certaine… Soham Wardini. L’actuelle mairesse de la capitale sénégalaise, qui va accueillir dans sa ville les Jeux olympiques de la jeunesse en 2022, prend également part à la cérémonie. En saluant les officiels qui étaient sur le tarmac pour l’accueillir, le président Macky Sall s’est longuement arrêté devant la nouvelle édile de Dakar. Le journal Les Echos, qui rapportent les faits, ajoute que l’échange était chaleureux.








Assassinat de Mariama Sagna: les avocats commis par Pastef haussent le ton…

YERIMPOST.COM Le « lache » ’assassinat de la responsable de Pastef à Keur Massar continue de défrayer la chronique. Ses camarades de parti, qui ont commis un pool d’avocats, ne comptent pas lâcher du lest. Ils veulent que toute la lumière soit faite sur cette affaire. «Nous avons pris contact avec la gendarmerie. Un suspect a été arrêté», a laissé entendre Me Bamba Cissé. Mais, pour l’avocat, il ne s’agit pas d’appréhender des suspects et de s’en arrêter là. «Au-delà des arrestations, nous voulons que l’enquête aille jusqu’au bout. Il nous faudrait savoir le mobile du crime et aussi savoir s’il y a des commanditaires pour qu’ils puissent être traduits en justice», a ajouté Me Cissé.

Même son de cloche chez son confrère, Me Abdoulaye Tall. «C’est un crime lâche et crapuleux commis devant un de ses enfants. Même si une personne a été appréhendée, on veut savoir le mobile du crime, s’il y a des commanditaires… Cet assassinat survient dans un contexte où le parti Pastef est ciblé», déclare Me Tall.







Sur ses supposés brouille avec Macky Sall et soutien à Hadjibou Soumaré, Alpha Condé se confie

YERIMPOST.COM Cheikh Hadjibou Soumaré, candidat de la Guinée contre Macky Sall ? Ces allégations sont fausses, à en croire Alpha Condé qui dit ne pas connaître l’ancien Premier ministre sous Wade. A l’entendre, il n’a jamais vu Cheikh Hadjibou Soumaré. Le président de la République de Guinée, qui a accordé une interview à l’Observateur, en a profité pour éclaircir ses rapports avec le président Macky Sall qu’il considère comme son « petit-frère ». Selon lui, ce sont les journalistes qui inventent des choses. Pour preuve de ses bons rapports avec Dakar, il confie avoir passé quelques jours de vacances à Popenguine.








Ansoumana Dione: «Bougane geumoul boppam»

« Le leader de Geum sa bopp, Monsieur Bougane GUEYE Dany, geumoul boppam ». C’est Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, qui le dit. Selon lui, le Président Directeur Général du Groupe D-Médias, a clairement avoué sa défaite à cette élection, en déclarant qu’il sera au second tour. En clair, il est conscient de son incapacité de gagner au premier tour, ce qui signifie qu’il ne croit pas en lui, en contradiction avec l’idéologie de son mouvement. D’ailleurs, il ignore que cette élection, contrairement aux faux arguments, délivrés par certains analystes politiques, se jouera au premier tour. Car, pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal, les électeurs devront choisir un président de la République, sur la base de critères très sévères. En vérité, ce ne seront pas les programmes qui intéresseront les citoyens mais plutôt les personnes qui aspirent à gouverner le pays. Mieux, le peuple devra conserver le pouvoir, en s’auto-choisissant, à travers l’élection d’un simple citoyen, connu pour son patriotisme, sa constance, entre autres, à défendre les intérêts des populations.




Rufisque, le 06 octobre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ofnac: le rapport 2016 remis au chef de l’Etat

YERIMPOST.COM Nommée en 2016 à la tête de l’Office national de lutte contre la corruption (Ofnac), Seynabou Ndiaye Diakhaté aura mis 2 ans pour rendre un rapport. C’est seulement hier, vendredi 5 octobre, que l’Ofnac a présenté au chef de l’Etat le rapport 2016 qui était pourtant déjà bouclé par la précédente équipe dirigée par Nafi Ngom Keïta. En attendant que le document soit mis à la disposition du public, il faut espérer que des extraits n’ont été volontairement retirés par complaisance.







Une médiation entamée, Me Madické Niang sursoit à sa démission

YERIMPOST.COM L’information selon laquelle Me Madické Niang a rendu tous les mandats obtenus grâce au Parti démocratique sénégalais (Pds) est en suspens. A en croire le quotidien Les Echos, une médiation a été entamée par les députés du groupe parlementaire Libéraux et démocrates. Me Madické Niang qui, pour l’heure, sursoit à une démission, a voulu s’éviter une humiliation. Cependant, le candidat déclaré à la présidentielle prochaine va publier dans les heures qui viennent un communiqué en réponse à la dernière sortie de Me Abdoulaye Wade qui l’accuse d’être un candidat de collusion avec le régime.







Pds: Qui est l’auteur de la lettre qui brocarde Madické Niang ?

YERIMPOST.COM Au Parti démocratique sénégalais (Pds), la question sur toutes les lèvres est liée à la provenance de la lettre. La dernière sortie attribuée au secrétaire général du parti est vivement contestée. Mamadou Lamine Massaly, responsable du Pds, est convaincu que la lettre n’est pas de Me Abdoulaye Wade, mais de gens tapis dans l’ombre qui ne sont animés que par des intérêts personnels. Sinon, comment expliquer que la lettre en question soit datée de Dakar alors que les précédentes sont signées de Doha où séjourne le Pape du Sopi ? Alors, si Me Abdoulaye Wade n’est pas l’auteur de la lettre, pourquoi reste-t-il dans ce mutisme au moment où son parti est en train de se scinder en deux ? A moins qu’il l’ait dictée à quelqu’un qui réside à Dakar…







Me Madické Niang décide de rendre ce que le Pds lui a donné

YERIMPOST.COM Me Madické Niang va démissionner de l’ensemble de ses mandats obtenus grâce ou sous la bannière du Pds. Une lettre a déjà été écrite ce matin, mais elle était jusque-là gardée secrète. L’information a été révélée par nos confrères de Dakaractu qui soulignent que la publication de ladite lettre d’information n’attendait que certaines formalités comme le fait d’en parler avec le khalife général des mourides. Ce qui est déjà fait.







Sidiki Kaba collecte des parrains

Texte vigoureux d’Abdoulaye Wade contre la candidature de Me Madické Niang

Maître Madické Niang vient de franchir le Rubicon en faisant une déclaration publique annonçant sa candidature à l’élection du Président de la République. Lorsqu’il est venu me voir récemment avec un compatriote, je lui avais pourtant dit que je me devais de le conseiller pour le protéger de toute mésaventure. Je lui ai exprimé fraternellement mon opposition totale à son projet qui m’apparaissait suicidaire car, la seule chose qui pourrait le sauver, s’il se présente, ce n’est même pas de faire un bon score mais de gagner, ce qui suppose qu’au premier tour et au second , il se place devant Karim Wade, Pape Diop, Khalifa Sall, Mackcy Sall, Mamadou Lamine Diallo, Abdoul Mbaye, Ousmane Sonko etc., bref devant tout le monde. S’il ne gagne pas, sa candidature de ‘’substitution’’ n’aura été, en fait, qu’une candidature de diversion destinée à aider Macky Sall en détournant certaines voix acquises au PDS et à Karim Wade. Objectivement, c’est une candidature de collusion, une candidature téléguidée par Macky Sall qui cherche désespérément, et par tous moyens, un second mandat que les sénégalais ne sont pas prêts à lui accorder. Il faut croire que les pressions qu’exerce Macky Sall sur Madické Niang sont irrépressibles au point que notre ami accepte le suicide politique. Je n’ai pas manqué de lui demander ce qu’il ferait s’il ne gagnait pas puisqu’il n’avait pas d’autre alternative. Il m’a répondu calmement : « J’abandonnerai la politique » !

Le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) informe aussi bien l’opinion publique nationale qu’internationale, et rappelle qu’un congrès régulièrement tenu le 21 mars 2015 avait pris la décision de proposer et de soutenir la candidature de Karim Wade à la prochaine élection présidentielle. Madické Niang avait participé pleinement à ces assises, occupant même une position de pointe. Le Congrès, connaissant la position intransigeante de Macky Sall, avait décidé que si, par ses manigances et intrigues, il empêchait notre candidat de se présenter, il n’y aurait pas d’élection présidentielle au Sénégal.




Dans ces conditions, aucune autre candidature de quelque bord qu’elle provienne, ne saurait ni être soutenue, ni engager le PDS. Au demeurant toute candidature en dehors du parti ou tout soutien apporté à un candidat autre que celui régulièrement désigné par les instances du parti constitue un cas d’indiscipline majeure et d’incompatibilité flagrante entraînant la perte de qualité de membre par démission de fait, en application des articles 4 et 5 de ses statuts.

Bien que la jurisprudence ne soit jamais démentie sur le traitement à infliger aux députés qui quittent délibérément le parti ou en sont exclus, le Secrétaire Général National du PDS va demander au Parti de laisser à Madické Niang son poste de député, comme il l’avait fait pour Iba der Thiam parce qu’il était une personnalité, mais qu’on lui retire la présidence du Groupe parlementaire.

À la suite des élections législatives marquées par un indescriptible chaos du fait des fraudes massives, et à la suite des manipulations de la Constitution et du fichier électoral, le PDS avait pris la décision irrévocable d’écarter toute candidature alternative ou de substitution.

Ni le PDS, ni son Secrétaire général national ne cautionne une candidature solitaire au moment même où les Sénégalais font preuve de détermination pour sauver notre modèle de démocratie que des mains inexpertes et sans vertu sont en train de transformer en système autoritaire et violent.




Me Abdoulaye Wade
Secrétaire Général National

Le Pds réagit à la décision de Me Madické Niang

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) compte donner une suite à la décision de Me Madické Niang de se présenter à l’élection présidentielle de 2019. Le Pds va se réunir d’abord à l’interne pour dégager une position. C’est du moins ce qu’a laissé entendre, sur les ondes de la Rfm, le porte-parole dudit parti. Babacar Gaye a précisé que la candidature de Karim Wade ne souffre d’aucun doute à leur niveau. «Karim Meïssa Wade reste notre candidat. Il a été choisi lors d’un congrès en 2015», a-t-il déclaré.







Lettre adressée à Idrissa Diallo par les soutiens de Khalifa Sall à Paris

Taxawu Sénégal et les soutiens de Khalifa Ababacar Sall à Paris
Pour les élections présidentielles du 24 février 2018

A Monsieur Idrissa Diallo, Coordonnateur national du parrainage pour le compte du candidat Khalifa Ababacar Sall

Paris le 17 septembre 2018
Objet : Récusation du délégué de la France pour le parrainage
Monsieur Diallo,
Nous avons pris connaissance, avec stupéfaction sur les réseaux sociaux, de la nomination de Monsieur Malick Youm comme délégué du parrainage en France pour le compte de Monsieur Khalifa Ababacar Sall.
Par cette présente nous vous informons que nous, militants et sympathisants qui soutenons Khalifa Ababacar Sall depuis toujours en France, trouvons cette nomination inopportune et défavorable à notre combat. Nous pensons en effet qu’il aurait été plus judicieux de nous laisser nous organiser, convoquer une réunion et désigner démocratiquement un délégué capable d’unir toutes les forces vives.
Le manque de consultation et la méthode unilatérale constituant le soubassement de cette nomination, ont fini de biaiser l’élan d’engagement de bon nombres de nos camarades. En atteste la présence de seulement six personnes à la réunion de mise en place du comité de parrainage organisée à Paris par Monsieur Youm.
Depuis plusieurs mois, Monsieur Youm est incapable de rassembler les soutiens de Khalifa Sall à Paris. Depuis les élections législatives c’est la grande dispersion et la majorité des Khalifistes de France déplore ses méthodes et son manque de considération. Les manifestations sont organisées dans une désunion totale, exacerbée par son manque d’humilité, et sa tendance à invectiver et à chercher à exclure toute personne en désaccord avec lui.
Étant au courant de la situation à Paris, nous attendions de votre part une méthode qui réponde aux convictions et principes que nous partageons. Force est de constater que la découverte de cette lettre de nomination en a choqué plus d’un. La même consternation qui nous animait quand Ousmane Tanor Dieng a envoyé une lettre circulaire à Paris pour nommer ceux qui doivent diriger la coordination du Parti Socialiste.







Nous sommes d’autant plus peinés, que la nomination de Monsieur Youm dessert la cause pour laquelle nous nous battons depuis l’incarcération de Khalifa Ababcar Sall. A cette heure, l’envie, l’action et la dynamique de groupe auraient dû être notre sacerdoce. En lieu et place, Monsieur Youm brandit sa lettre de nomination et interdit nous citons « toutes initiatives personnelles ». Nous tenons néanmoins à l’informer par cette occasion que nous avons commencé la recherche de parrains pour notre candidat avant sa nomination et nous continuerons dans notre lancée jusqu’à la victoire au soir du 24 février 2018.
En vous remerciant de l’attention que vous porterez à cette présente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le coordonnateur, l’expression de notre profond respect.

Révélation: Où Pierre Goudiaby trouve les fonds pour financer sa campagne électorale

YERIMPOST.COM Pour mobiliser les fonds de financement de sa campagne électorale en vue de l’élection présidentielle de février 2019, « l’architecte Pierre Goudiaby Atépa a porté son choix sur Julien Konan Banny, 42 ans, fils de l’ex-ministre ivoirien Jean Konan Banny et neveu de l’ex-gouverneur de la Bceao, Charles Konan Banny. Patron de l’agence Black Book Consulting basée à Dakar, l’émissaire de Goudiaby sillonne l’Afrique depuis un mois afin de plaider la cause de l’architecte », écrit La Lettre Du Continent. Le magazine ajoute: « Fin septembre, Julien Konan Banny se trouvait à Bamako. »



D’importantes décisions prises en conseil des ministres du 03 octobre 2018

Communiqué du Conseil des ministres du 03 octobre 2018

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 03 octobre 2018 à 10 h, au Palais de la République, à la Salle Bruno DIATTA dont la plaque de baptême a été dévoilée en présence des membres du Conseil.

Entamant sa communication autour de la rentrée des classes prévue jeudi 04 octobre 2018, le Chef de l’Etat adresse ses vives félicitations et ses encouragements à toute la communauté éducative du Sénégal, exhorte le Gouvernement, les collectivités territoriales, les enseignants, les élèves et apprenants, ainsi que les parents d’élèves à ne ménager aucun effort pour consolider l’excellence de l’école sénégalaise.

A cet égard, le Chef de l’Etat invite le Gouvernement et l’ensemble des acteurs du système éducatif, à redoubler d’efforts et d’engagement, à cultiver en permanence un sens élevé des responsabilités afin d’assurer le déroulement normal de l’année scolaire, dans un climat social serein.

Enfin, le Président de la République souhaite une excellente réussite aux élèves du Sénégal, à leurs enseignants, formateurs et encadreurs.

Poursuivant sa communication autour du pilotage cohérent des réformes de modernisation du système d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, pilier stratégique solidaire du processus de transformation porté par le Plan Sénégal Emergent (PSE), le Chef de l’Etat rappelle au Premier ministre l’urgence de finaliser l’évaluation des cinq années de mise en œuvre des réformes issues des concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche, tenues en 2013.

En outre, le Président de la République indique le prix qu’il attache à la modernisation consensuelle et dynamique de la gouvernance de nos universités et instituts de recherche, qui doivent travailler en parfaite synergie avec les industries nationales et le secteur privé, afin de soutenir une politique de formation et d’emploi efficace, en cohérence avec les réalités et les besoins de l’économie nationale.

Dans cette perspective, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement de mieux impliquer nos universitaires et chercheurs dans l’élaboration et l’évaluation des politiques publiques, en particulier, dans la finalisation de la conception des actions prioritaires de la deuxième phase du PSE.

Abordant la territorialisation dynamique des politiques publiques et l’évaluation finale des Conseils des ministres délocalisés, le Président de la République réaffirme son engagement permanent, depuis son accession à la magistrature suprême, à renforcer et accélérer le développement territorial participatif, inclusif, équitable et durable de toutes les localités du Sénégal.

A ce titre, le Chef de l’Etat rappelle au Gouvernement son attachement à l’amélioration soutenue du bien-être des populations, notamment celles des zones périurbaines et rurales, à travers, l’exécution des programmes spéciaux et innovants (Bourses de Sécurité Familiale, CMU, PUDC, PUMA, PROMOVILLES…), ainsi qu’à la dynamique de territorialisation de l’action publique, impulsée par l’organisation des conseils des ministres délocalisés dans les 14 régions.




Dans ce cadre, le Président de la République demande au Premier Ministre de présenter, à partir de la situation de référence de 2012, le rapport exhaustif, par région, département et arrondissement, de l’état d’exécution des programmes d’investissements prioritaires validés lors de ces rencontres et d’évaluer, en rapport avec le Haut Conseil des Collectivités territoriales, la première phase de l’Acte III de la Décentralisation.

Appréciant l’état d’avancement satisfaisant des négociations avec le Millénium Challenge Corporation (MCC) pour la signature du second compact, le Chef de l’Etat félicite la délégation sénégalaise qui vient de finaliser les négociations et remercie les autorités du MCC et du Gouvernement américain.

Ainsi, le Président de la République demande au Gouvernement de lever toutes les contraintes sectorielles identifiées afin d’accélérer la signature prochaine du Second Compact qui va soutenir, avec les financements exceptionnels attendus, le démarrage, dans les meilleures conditions, de la deuxième phase du PSE.

Le Chef de l’Etat a terminé sa communication par son agenda diplomatique marqué par sa participation à la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de la République sœur de Guinée et le suivi de la coopération internationale en mettant l’accent sur les diligences requises pour une mise en œuvre optimale du projet Smart Sénégal, coordonné par l’ADIE.

Le Premier ministre a axé sa communication autour de la rentrée scolaire et universitaire 2018 – 2019, l’exécution budgétaire en cours, la mise en œuvre des projets et programmes d’électrification rurale, le suivi de la campagne agricole ainsi que la situation dans les secteurs sociaux, avant de rendre compte de la coordination de l’activité gouvernementale.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a fait le point de la conjoncture économique nationale et internationale.

Le ministre auprès du Président de la République en charge du Suivi du PSE a rendu compte l’état d’avancement des projets et réformes.




Au titre des textes législatifs et réglementaires, le conseil a examiné et adopté :

  • Le projet de décret modifiant le décret n°2018-803 du 30 avril 2018 portant création du Certificat d’aptitude aux fonctions de professeur de collège d’enseignement moyen en éducation physique et sportive (CAPCEM-EPS) ;

 

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

  • Monsieur Mamadou FAYE, Ingénieur géologue de conception, titulaire d’un master en transports logistiques et d’un certificat d’études supérieures routes de l’Ecole nationale des ponts et chaussées de Paris, est nommé Administrateur du Fonds d’Entretien routier autonome (FERA) poste vacant ;

 

  • Monsieur Ousmane WADE, Economiste, précédemment Directeur de la Promotion de l’Habitat Social (DPH), est nommé Directeur général de la Construction et de l’Habitat au ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie ;

 

  • Monsieur Abdoulaye DIOUF, Aménagiste-Planificateur est nommé Directeur du Développement urbain durable, de la Planification urbaine et de la Réglementation à la Direction générale de l’Urbanisme et de l’Architecture au ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie ;

 

  • Monsieur Moussa SARR, Ingénieur en Génie civil, est nommé Directeur de l’Urbanisme à la Direction générale de l’Urbanisme et de l’Architecture au ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie ;

 

  • Monsieur Mandiaye NDIAYE, Géographe-urbaniste, Planificateur, est nommé Directeur de la Promotion des Pôles urbains à la Direction générale de l’Urbanisme et de l’Architecture au ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie ;

 

  • Madame Catherine Marie Thérèse FAYE, Architecte, est nommée Directeur de l’Architecture à la Direction générale de l’Urbanisme et de l’Architecture au ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie.

 

Le Secrétaire général du Gouvernement,

                       Porte-parole

 

Présidence: La salle du conseil des ministres rebaptisée

YERIMPOST.COM Joindre l’acte à la parole, c’est ce que le chef de l’Etat vient de faire. Comme annoncé par le président Macky Sall, la salle de réunion du Conseil des ministres porte désormais le nom de feu Bruno Diatta.









Parrainage du Mrds à Sonko: Mame Mbaye Niang démenti par son père

YERIMPOST.COM Mame Mbaye Niang rétorquait au secrétaire général du Mouvement de la réforme pour le développement social (Mrds) que c’était archi-faux de dire que Imam Mbaye Niang, leader dudit parti, avait décidé de parrainer Ousmane Sonko. Il n’est pourtant pas membre de cette formation politique, mais estimait avoir son mot à dire puisque Imam Mbaye Niang est son père.

Dans un communiqué rendu public, le Mrds explique que ce choix du candidat Sonko n’a souffert d’aucune contestation au sein du parti. C’était le week-end dernier, le Comité directeur présidé par Imam Mbaye Niang a, dans sa majorité absolue, porté son choix sur l’ancien inspecteur des impôts. Telle est la position officielle du Mouvement de la réforme pour le développement social. A souligner également que ledit parti avait quitté la coalition Benno Bokk Yakaar au lendemain du renoncement du président Macky Sall à sa promesse de réduire son mandat de 7 à 5 ans.



Parrainage à Louga: Mamour Diallo conteste les chiffres de Moustapha Diop

YERIMPOST.COM La guerre de positionnement fait rage entre Moustapha Diop, ministre-maire de Louga, et Mamour Diallo, directeur des Domaines. Dans un communiqué, le mouvement « Dolly Macky » s’inscrit en faux contre cette information selon laquelle Moustapha Diop était la vedette lors du passage de la chargée du pôle parrainage du candidat de Benno Bokk Yaakaar. « Moustapha Diop est venu malgré lui assister à la réunion de la majorité présidentielle du 1er octobre à Louga où il a été largement dominé par les responsables politiques, notamment le mouvement Dolly Macky », lit-on dans le communiqué.

Mamour Diallo soutient également que sur les 50 000 signatures collectées pour le candidat Macky Sall, 27 000 contrôlées et validées lui reviennent de droit, contrairement à ce que tente de faire croire Moustapha Diop qui prétend en avoir obtenu 46 000. « Une déclaration humiliante car la région de Louga compte environ 350 000 électeurs inscrits et, malgré tout le travail abattu, la mouvance présidentielle n’aurait obtenu que 50 000 signatures. De tels propos sont dénués de sens et totalement en contradiction avec les chiffres annoncés par Aminata Touré. » Le communiqué précise que Moustapha Diop a réussi à collecter 6 000 signatures dans la commune qu’il dirige. Avant d’ajouter: « Tout le monde sait que le maire ne contrôle plus la ville. Moustapha Diop est en train de se tromper et de tromper le président Macky Sall. »







1 2 3 33
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR